Eugeo || Status : Rogue

Eugeo A. Cross
Neutre
avatar
Messages : 3
Date d'inscription : 26/09/2018
Lun 29 Oct - 6:20


Eugeo A. Cross*






Qui suis-je ?*
Roarlcome et Miaouvenue sur la fiche du Chat, humble beater de ce forum. Je vous souhaite une bonne lecture, au plaisir de nous revoir inRP ;3
Et comme je suis gentil, je vous ai aussi mis une petite musique d'ambiance iciii 8D


 





Age : 21 ans
Sorcier, moldu, créatures magiques : Moldu
Groupe : Neutre
Avatar : Trafalgar Law, One Piece




Histoire*
Cette histoire, c'est la mienne. Enfin, pas exactement. C'est une histoire de sorciers et de créatures magiques. Si ça peut vous rassurer, je ne fais partie d'aucun de ceux-là. Mais laissez-moi vous en conter un morceau...

Notre histoire commence il y a bien longtemps, presque vingt ans, sur Trafalgar Square à Londres. Comme tombée des cieux, l'annonce réalisée par les Partisans ce jour-là chamboula tous les foyers du pays.

La magie était belle et bien réelle, elle existait.

Le temps a passé et tout le monde ne parlait plus que de la magie. Les uns étaient effrayés par elle, alors que les autres étaient fascinés. Toujours est-il, que c'est la peur qui dominait. Il était devenu difficile de ne pas sortir sans voir un journal relatant les dernières observations sur le monde magique ou des gens manifester contre les dangers de ce monde occulte.

Même cloîtré derrière sa fenêtre dans une banlieue peu fréquentable, le petit Eugeo Axel Cross, oui c'est moi, avait entendu parler de la magie.

Je devais avoir huit ans quand sœur Pétunia est venue me chercher avec l'assistante sociale pour me placer dans son orphelinat.

Contrairement aux autres enfants plus âgés, je ne craignais pas la magie. Je n'arrivais pas à voir ce qu'il y avait de redoutable dans cet art. Ça ne m'aidait pas non plus à me faire des amis. Alors, quand je n'étais pas en cours, je passais mon temps avec mes machines et à lire.

Je m'étais découvert un don pour l'électronique et je m'amusais à créer des robots à l'effigie de personnages qui me faisaient rêver. Il y avait parmi eux Indiana Jones, le célèbre aventurier dont les sœurs avaient plusieurs bandes dessinées. Pour l'accompagner, j'avais créé le robot d'un puissant sorcier nommé Gilderoy Lockhart ! Lors de l'une de mes fugues, j'avais trouvé près d'une poubelle un sac contenant plusieurs de ses romans. Je m'étais empressé de les rapporter à l'orphelinat, bien cachés sous mon matelas, et je les sortais la nuit pour les lire en regardant mes deux petits robots avancer en ligne droite pour venir se cogner contre les pieds du lit.

Ah, la magie... Le doux rêve d'un gamin.

A seize ans, je n'étais plus un gamin et j'arrêtais de courir après la magie pour courir après les filles et la liberté.

Au cours de mes années à l'orphelinat, il ne s'est pas passé une seconde sans que je veuille m'en aller. J'étais petit et chétif, alors je finissais toujours par me faire rattraper avant de me faire passer un sermon par sœur Pétunia. Elle se faisait vieille la bougre, mais elle était encore sacrément coriace. Alors j'ai attendu et préparé mon évasion.

Le jour de mon anniversaire, en plein mois d'août, on ne retrouva dans ma chambre que mon lit vide et un mot "ciao les nazes". Ça n'aurait pas été correct de ne pas leur dire au revoir. Et puis dans le fond, je ne les aimais pas, mais elles m'avaient bien aidé quand même.

Baluchon sur l'épaule, vagabondant dans le grand Londres, j'étais enfin libre de faire et d'aller où je le voulais. J'avais juste omis un détail à mon plan : mon ventre me tiraillait et je n'avais pas un centime en poche pour me payer la moindre nourriture. Qu'à cela ne tienne, je n'étais plus le faible et frêle Eugeo, j'avais grandi et je me défendais pas trop mal au sprint.

Mais bon, pas trop mal, ce n'était pas encore suffisant. Je devais devenir encore plus rapide si je voulais survivre. A commencer par viser les bons étalages. Ceux éloignés des quartiers principaux du centre ville, les petites épiceries excentrées.

Avec le temps, j'étais devenu pas trop mauvais à ce petit jeu et je pouvais même parfois subtiliser un fruit sans avoir besoin de courir pour ma peau derrière.

Un génie je vous dis.

J'ai même fini par me faire des copains dans la rue. Bon, ce n'était pas vraiment des amis, mais j'avais assez sympathisé avec eux pour qu'ils me prennent dans leurs coups.

Honnêtement, je n'avais pas de toit, aucune idée de ce qui m'arriverait le lendemain, mais c'était la belle vie.

Jusqu'à ce qu'on m'arrête.

Au poste de police avec les copains, c'était drôle mais les amitiés se faisaient et se défaisaient aussi vite. Chacun voulait sauver sa peau, alors j'ai fait de même. En échange d'une réduction de peine à six mois de prison avec sursis, je leur ai donné assez de preuves pour faire plonger tous les autres.

Est-ce que j'étais aimé dans le milieu ? Pas vraiment. Est-ce que je pouvais continuer dans ma lancée ? Non plus.

J'avais environ six mois pour me reconvertir.

Dans un premier temps, je pensais que n'importe quoi ferait l'affaire. Mais je me voyais mal à finir dans un bureau ou livreur de pizza. Puis, voyant un article de journal sur la magie traîner sur le haut d'une poubelle, il me vint une idée.

"Grimm s'occupe de toutes vos crises magiques !"

Je ne pouvais décemment pas utiliser mon véritable nom pour cette entourloupe. Et Grimm avait un côté... très fantastique.

Comment je résumais mon travail ? Des événements étranges surviennent dans votre entourage, ne cherchez plus, Grimm est là pour vous sauver !

Et oui, il faut savoir soigner son image.

J'entrais donc chez les gens, avec leur autorisation, c'est important de le souligner, pour enquêter sur d'éventuels événements suspicieux, surnaturels,... Magiques ! Ensuite, à l'aide de machines de mon invention qui font bip, boup et sbunk, je chassais les créatures magiques et autres sorcelleries de leur adorable foyer.

Un travail honorable en ces temps de crise, pour lequel j'étais payé en bijoux, involontairement, en cuillères en argent, involontairement,... et en espèce, volontairement !

La plus étrange de mes récompenses fut un chiot d'un blanc immaculé. Ses anciens propriétaires venaient d'avoir une portée et ne savaient pas quoi faire de deux de ces boules de peluche. J'étais là, je venais de leur rendre service, alors quoi de plus normal selon eux que je reparte avec l'une de ces adorables créatures ? Je vous laisse répondre.

Au final, Indiana et moi on formait une bonne paire. Peu fougueux, obéissant, pot de col, il me suivait partout jusqu'à ce que je finisse par avoir suffisamment d'économies pour me payer légalement un petit entrepôt désaffecté dans la banlieue de Londres. C'était notre planque et il s'amusait à en jouer le gardien pendant que je partais travailler.

C'était un peu dommage, les gens l'adoraient, il offrait une meilleure distraction que mes gadgets bruyants à lumière et fumée.

Après trois ans, notre numéro était bien rôdé. Pour éviter d'être traité de charlatan, je faisais parfois comprendre aux gens que leur maison n'était la cible d'aucun mauvais sort ou monstre dans le placard.

Vous ne devinerez jamais combien de personnes sont assez paranos pour croire qu'un sorcier leur en veut. Alors qu'en trois ans de carrière, je n'ai jamais croisé rien de plus que des parquets grinçants, des petits farceurs et des coïncidences.

Je ne doute à aucun moment que la magie existe réellement, seulement je n'ai jamais eu la chance d'en voir à l'oeuvre de mes propres yeux. Tout ça me dépasse, nous dépasse tous, et c'est compréhensible que certains soient terriblement effrayés.

Seulement ne vous tracassez pas, je fais en ce moment une réduction de soixante-dix pourcents sur l'eau bénite !




 

Description*
Eugeo… Un prénom sommes toutes pas commun, mais c’est le mien !

Vous l’aurez compris, je ne suis pas un lutin à oreilles pointues ou autre mage à longue barbe. Dans cette histoire, je joue seulement le rôle d’un escroc, voleur et charmant garçon, pour vous servir. Hum… Rectificatif : me servir.

Vous pourriez facilement me reconnaître dans la rue à mon charisme naturel, ma démarche assurée et ce beau visage au regard noisette plongé dans le vôtre, tandis que mes mains graciles vous délestent d’une montre bien trop lourde pour votre doux poignet. Rassurez-vous, je ne fais cela que pour ne pas perdre la main, de temps-en-temps, pour arrondir les fins de mois.

Je sais, je suis incorrigible.

Je peux néanmoins vous assurer, que je n’ai pas volé mes vêtements. Pas tous. Disons que les boxers, c’est pas ce qu’il y a de moins coûteux pour ce que c’est. Mais en règle générale, je suis assez réglo dans ce domaine. En même temps, quel plaisir y aurait-il à voler si l’on n’achetait pas aussi quelquefois ?

Ce ne sont pas des affaires de marque, mais j’apprécie le confort de mes sweats à capuche, t-shirts et autres jeans. Je m’habille comme un jeune assez classique en dehors du boulot, où je dois mettre une chemise pour paraître plus sérieux. Je me suis même… acheté une belle veste en cuir pour être au top du top. Celle-là, elle a fait mal à mes économies, mais grâce à elle, j’entre plus facilement dans les maisons. C’est tout bénef, un bijou d’investissement sur le long terme.

Et puis j’ai ma sacoche à gadgets. Et sa doublure faite sur mesure par un ancien pote, taulard maintenant…

Quoique, ce n’était pas vraiment un pote non plus.

N’allez pas croire que je n’ai aucun ami. J’ai encore Indiana et que je sache, lui ne risque pas la prison. Et puis, j’ai Demi-Lune ! C’est le nom que j’ai donné au tatoueur chinois de Tottenham Hale. Il n’est pas très bavard, bosse dans une ruelle qui ressemble à un coupe-gorge, n’est pas déclaré, mais il fait un travail d’orfèvre. Ses tatouages sont nickels et j’en ai deux sur mes avant-bras, ainsi que deux sur le dos de mes mains pour le prouver ! Certes, ce sont des designs tribaux basique, mais c’étaient des tests. Je suis en réflexion avec lui sur un projet plus ambitieux pour mon dos. On doit juste s’accorder sur la même longueur d’onde.

Je vous ai dit que Demi-Lune ne parlait que le chinois ? Ou le vietnamien… Un truc du genre.

Bon, je vous le concède, on ne se comprend pas souvent. Toujours est-il que c’est mon seul vrai ami en dehors d’Indiana. Les autres peuvent être relégués au rang de connaissance et ce sont pour la plus part des personnes que je ne préfère pas revoir… Comme ce taulard dont je vous ai parlé, à qui je dois quelques années de prison. Mais sinon, je suis très sociable et je suis persuadé que je pourrais me faire un tas d’amis si j’en avais l’envie ! C’est juste que je me sens très bien seul avec Indiana.

Il reste un point, que je n’ai pas abordé ici et qui me tient très à cœur : la magie. Mais je vais vous l’épargner !

De toute façon, ce que vous devez retenir, c’est qu’il n’y a que trois choses auxquelles je tiens vraiment dans la vie : le fric, les filles et Indiana.

Allez, ciao !









©️ Halloween sur Never-Utopia

Voir le profil de l'utilisateur
Dax Miller
Neutre
avatar
Messages : 23
Date d'inscription : 14/04/2017
Lun 29 Oct - 8:29

Tu es validé !
Eugeo est hilarant ! il a ce swag du mec cool et il est juste trop trop bien ! j'espère qu'il va un jour croiser un véritable sorcier pour qu'il puisse enfin voir ce que c'est la magie ;D
Tu peux maintenant aller recenser ton avatar, ouvrir tes relations, créer ton carnet et commencer à rp !
Voir le profil de l'utilisateur
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Accessoires pour rogue
» Eileen Rogue II [validée]
» Katie Bell, Rogue, McGonagall et Mimie Geignarde (libre)
» Severus rogue, Le mangemort....
» Présentation de severus.rogue (alias rogue ^^)
Sauter vers: