''The Death of Winter means the Rebirth of a new Spring.'' - Spring Woods

Spring Woods
Neutre
avatar
Messages : 10
Date d'inscription : 25/11/2018
Dim 25 Nov - 23:53

woods spring
nom Woods prénom(s) Spring age 16 ans groupe résistant sorcier, moldu, créature magique ? sorcier pur-sang avatar Soraka de League of Legends
Description
« Personne n’a le droit de rentrer dans la forêt interdite. C’est dans son nom ; elle est interdite. C'est pas dur à retenir, petit. »
« Pourquoi elle est interdite ? »
« C'est dangereux. »


On raconte que, depuis quelques années, vit une créature dans la forêt interdite. Une créature différente des autres, à l’origine encore plus mystérieuse que celle des griffons ou des loups garous qui rôdaient à travers les arbres dans la pénombre nocturne. On disait qu’il y vivait une femme, mi-humaine, mi-licorne. Personne ne savait d’où elle venait, et personne ne savait non plus son nom ; rien qu’à l’observer de loin, on ressentait d’elle une aura de prestance, de distanciation. Mais, également, une petite voix au fond de soi, qui disait qu’il vaudrait mieux partir au plus vite. Que cette personne… Qu’il ne fallait pas parler à cette personne. Ceux qui ont déjà pris leur courage à deux mains et qui l’ont approchée savent que la jeune fille qui vit dans la forêt a un caractère des plus étranges, en plus de son corps aux caractéristiques bizarres. Aux premiers abords, on peut penser qu’elle est absente et très tête en l’air, à toujours oublier de quoi on parle ou se déconcentrer pour un rien. Elle n’a pas l’air hostile. Jusqu’à temps que, soudainement, vous vous retrouviez face à ses grands yeux verts, vides, et que finalement, vous compreniez que quelque chose cloche.

Oh non, ne vous méprenez pas ; les intentions de la jeune femme à votre égard ne sont pas néfastes. Son but final est de rendre le monde plus beau ; ses moyens, eux, sont différents. Que ce soit par la plume ou par le sang, le monstre de la forêt interdite est radical. Ce qui fonctionnera, fonctionnera ; ce qui ne fonctionnera pas sera inutile et jeté. Un monde qui serait finalement juste pour les sorciers. C’est ça, dont elle rêve. Un monde qui ne les opprimerait pas. On pourrait penser, oui, on penserait qu’elle faisait passer son message avec un élan de gentillesse, des discours de paix et de sensibilisation. Comme elle est belle, comme elle est brillante, comme elle est douce, pourrait-on se dire en la voyant parader dans la lumière ; mais comme vous avez faux. La seule chose qu’elle veut entendre à propos des non-majs, à propos de leurs ennemis, c’est que la seule façon de rendre justice serait de faire couler le sang parmi leurs rangs.

Il ne reste d’elle qu’une jeune fille, froide et radicale, qui veut ce qu’il y a de mieux ; mais qui est prête à voir le monde brûler à la première occasion. Une contradiction sur pattes, incapable de choisir ce qu’elle veut réellement. Un esprit distordu par une malédiction ; mais surtout par une histoire, par un passé blessant, terrible, qui l’a laissée en mille morceaux. Une jeune fille, autrefois douce et acceptante, qui n’est aujourd’hui plus qu’une combattante, rongée par la douleur des pertes et son désir de justice et de protection. La chose la plus précieuse à ses yeux est la magie ; que ce soit ses confrères sorciers, peu importe leur origine, ou les créatures fantastiques. Un monde beau ; elle rêve d’une utopie, la nuit, lorsqu’elle dort aux côtés d’une silhouette sombre aux yeux verts comme les siens. La seule personne qu’elle enlace, la seule personne à qui elle sourit, la personne avec qui elle planifie, partage ses plans, et celle qui l’aide à planifier son futur - leur futur. À leur avis, leur futur est la purge - Walpurgisnacht, la nuit où on brûlait les sorcières et les esprits, seraient cette fois celle où on brûlerait les vrais chasseurs. Sa douceur ancienne a été enfermée, enchaînée au plus profond d’elle-même, laissée là pour pourrir jusqu’à temps que quelqu’un décide finalement d’aller chercher son humanité, sa lumière, enfouie au plus profond d’elle. Quelqu’un, qui, un jour, pourrait peut-être espérer redonner des émotions à cette coquille ; mais qui, pour le moment, est bien trop satisfaite à voir sa soif de sang étanchée pour de si futiles choses du passé.

La créature des forêts ne paraît pas hostile aux premiers abords, mais, au fond, tout ce qu’elle souhaite est brûler le monde jusqu'à ce qu'il n'en reste que cendres et emmener tous et chacun dans leur tombe. La haine, la rage consume son cœur et rien ne peut l’arrêter. Sa détermination est implacable, son intelligence est là ; la seule chose qui se tient entre elle et ses ambitions doit bien être son refus de demander de l’aide. La demoiselle à la corne dorée n’aime pas être dépendante des autres. Que ce soit sa propre sœur, que ce soit ses… Autres soeurs, même, elle ne se permettrait pas de mettre quelqu’un à qui elle tient en danger si c’est évitable. Après tout, malgré son visage froid et ses mots acérés, ses sentiments n’en sont pas moins réels - et qu’ils soient majoritairement de haine, de douleur et de hargne ne changent pas le fait qu’elle est encore capable de ressentir de l’attachement et de l’amour. Son acharnement à s’isoler ne fait que la détruire encore plus de l’intérieur, mais c’est nécessaire pour la mission qu’on lui a accordé : protéger les licornes de la forêt interdite. Mission qu’elle a elle-même décidé de mener beaucoup plus loin, d’ailleurs, mais qui, au fond, est à ses yeux prioritaire.

On la qualifie des fois de cruelle, de renfermée ou d’égoïste ; ce qui est vrai, mais qui est également des facettes d’elle-même qu’elle ne voit pas, trop occupée par ses ambitions, sa souffrance et son illusion de justice ; qui est en réalité un idéal impénétrable de vengeance, où sa propre folie l’empêche de réaliser qu’elle n’est pas capable d’accomplir ses desseins dans la situation actuelle.

Contrairement à ce qu'on pourrait croire, malgré sa vision du monde qui semble très manichéenne, la créature n'a pas un avis complètement immobile. Elle n'aime pas tous les sorciers ; comme elle ne déteste pas tous les non-majs, si elle ne sait pas qui ils sont. Chaque visiteur de la forêt, elle juge de façon neutre, assumant faire face à un sorcier dans un endroit magique comme cela. Un exemple de sorciers qu'elle aimerait voir mourir est, sans étonnement, ses propres parents ; qui avaient limité, jugé, apprivoisé leurs enfants, les avaient détruits de l'intérieur pendant longtemps. Ils n'avaient toujours eu qu'une envie ; fuir. La liberté nouvellement acquise de la dame des bois est une des choses qui lui est la plus précieuse avec sa fratrie, son sauveur - et sa mission.

En parlant de son sauveur, la priorité, la chose la plus importante pour elle est la protection des licornes de la forêt. Que ce soit sa nouvelle nature ou sa reconnaissance envers ces créatures équines, il reste qu'elle les adore. Elle ne peut permettre à personne de leur faire du mal ; elle n'hésite pas à combattre les intrus qui ont cette intention. C'est plus que son objectif. Ce besoin d'empêcher les licornes de souffrir est, en réalité, elle aussi une partie de cette malédiction qu'elle a été obligée de recevoir pour survivre, cette malédiction qui a joué avec son cerveau, qui l'a rendue encore plus désorganisée et brisée qu'elle l'était auparavant, qui la hante désormais à chaque jour de sa vie, du jour fatidique jusqu'à son dernier souffle, quelque chose d'ardent, de puissant, de destructeur, qui fait de sa vie une véritable lutte, contre elle-même et contre les autres.

Faits en vrac :
¤ Amortentia - Feu de cheminée, air après la pluie et camomille.
¤ Elle n’a jamais exploré sa sexualité ; elle lui est donc inconnue, encore à ce jour.
¤ Malgré sa haine enflammée envers les non-majs, elle est très intéressée par leur technologie. Elle aime appuyer sur tous les boutons d’appareils électroniques comme des téléphones ou des lecteurs MP3, mais elle ne sait pas du tout s’en servir ni ils servent à quoi.
¤ Il lui est déjà arrivé de s’infiltrer dans des villages aux alentours de Poudlard ou dans Poudlard pour emprunter à durée indéfinie des livres, que ce soit de magie ou simplement des histoires, car vivre en isolation dans la forêt, même quand on est pas complètement seul, ça devient rapidement ennuyant.
¤ Elle est née aux États-Unis et a quitté le pays à 10 ans, non pas parce qu’elle a déménagé mais parce qu’elle et sa soeur Summer ont été kidnappées par des non-majs et ont été emmenées en Europe contre leur gré. Elle a encore un accent américain et a retenu certains traits de cette culture, notamment son amour pour la junk food, qu’elle a pu goûter une fois étant petite.
¤ Elle aimerait beaucoup un jour retrouver Winter et Autumn, ses deux sœurs qu’elle n’a pas vues depuis plus de 6 ans.
¤ Summer et Spring habitent dans la forêt interdite. Elles vivent dans une petite maison qui se trouve dans le creux d'un arbre géant. Summer y passe la plupart de son temps. Elles y gardent des animaux et des créatures blessées lorsqu'elles en trouvent. Leur collection de plantes de maison est remarquable.
Histoire
En 2035, la famille Woods se réjouit. Mme.Woods, la future mère de quatre enfants, est euphorique en apprenant la nouvelle, tout comme son mari. Une des rares familles de sang-pur allait une fois de plus avoir des héritiers. Quatre, cette fois ; d'un coup. Déjà qu'il était rare d'avoir des jumeaux, des quadruplés étaient réellement une exception, une rareté. C'était plus qu'une bonne nouvelle ; c'était un miracle, un véritable miracle. Les grands-parents, les oncles et les tantes espéraient tous que ces enfants soient des garçons, histoire d’avoir un véritable héritier, quelqu’un qui continuerait cette branche de leur clan. Un nouveau meneur, la prochaine tête de la famille se trouvait peut-être parmi ces futurs enfants. Ils furent déçu le jour de la naissance, où ils découvrirent que chacun de ces quatre enfants étaient des filles. Ils les nommèrent, de la première née à la dernière née, selon les saisons : Winter, Spring, Summer et Autumn Woods, filles de sang-purs. Étrangement, même si elles étaient des quadruplées, elles n’avaient qu’un seul trait physique en commun : leurs yeux verts. Certaines étaient plus petites, au visage plus rond, alors que les autres étaient plus grandes avec des cheveux verts ou blancs, ou bleus. Bref, presque rien ne les reliait, du moins physiquement. Dès qu’elles furent en âge de parler et de marcher, Winter, l’aînée, devint rapidement protectrice envers toutes ses petites sœurs. Là où elles vivaient, dans le manoir des Woods, elles n’étaient pas traitées comme des petites princesse ou les pionnières de l’avenir de la magie, mais plutôt comme des échecs. Chaque chose qu’elles faisaient, que ce soit aussi simple que de passer un mot en essayant d’apprendre à lire ou de bégayer leur valait une punition de la part de leurs géniteurs. Une punition souvent physique et verbale. Sans parler des punitions qu'elles recevaient lorsqu'elles faisaient réellement des bêtises. Plus que des coups de ceinture ou que de se faire laver la bouche avec du savon, elle durent supporter beaucoup de châtiments terribles au fil des années. Elles devaient endurer une éducation stricte et haineuse, inculquée par des parents qui n'avaient jamais voulu de ces filles, des bonnes à rien. Trop jeunes pour se défendre, les quatre enfants furent obligées d’endurer ce supplice pendant longtemps. Secrètement, elles attendaient avec impatience la lettre d’Illvermorny qui arriverait à leur onze ans. Leur libération, finalement, elle arriverait. À chaque jour, elles comptaient ; il restait 5, 4, 3, 2 ans avant l'arrivée de ce bout de papier qui signerait finalement leur nouvelle vie.

À la fin de chaque jour, alors qu'elles allaient se coucher, c'est à sa petite sœur directe, Summer, que Spring faisait le plus long câlin. Elle avait peur. Elle était fragile. Elle tremblait beaucoup, beaucoup trop. Et, douce et attentive que Spring était, elle était toujours au taquet pour aider sa cadette directe. Elle qui était si curieuse, si mignonne, si jolie... Un véritable rayon de Soleil, pas seulement pour Spring, mais pour toute sa famille.

Winter était son modèle, Summer était sa joie et Autumn était son inspiration. Les sœurs, ensemble, étaient un tout. Malgré tout, Summer avait décidé de partager quelque chose seulement avec son aînée directe. C'était un livre, qu'elle avait trouvé dans une des boîtes poussiéreuses et bordéliques du manoir. Elle l'ouvrit. À l'intérieur, il y avait des histoires, des informations sur une population qui ne savait pas faire de la magie, qui, à la place, avait été obligée d'utiliser son intelligence et ses ressources pour survivre et évoluer - les non-majs.

Une nuit, alors qu'elles avaient 10 ans, les deux jeunes filles se vêtirent de leurs robes un peu trop grandes, prirent quelques uns des objets qui avaient l'air d'avoir un peu de valeur dans leur grenier et quittèrent l'enceinte du manoir. Cette nuit, elles purent profiter de fast-food, elles essayèrent maladroitement de se maquiller, elles se perdirent en ville, vêtues de leurs robes d'un autre monde -

Elles ne rentrèrent jamais à la maison.

(Des bras les avaient attrapées. La bouche de Spring avait été recouverte, bien vite, trop vite. On leur mis des bandeaux par-dessus les yeux pour qu'elles ne sachent pas à quoi ils ressemblaient ni où ils allaient. Elles entendaient des gémissements. Spring eut mal. Si mal. Si peur. Chaque contact avec sa peau était comme un choc électrique, comme si elle était si fragile que cela allait la tuer. Gémissements, chaleur. Douleur. Elle ne savait pas comment ça s'était passé, mais, après un moment, elle ressentit une saveur peu ragoutante de rouille dans sa bouche - le sang.)

Après un moment, elles furent entassées dans une cellule, froide et sombre. Un long moment passa, sans qu'elles ne sachent où elles allaient, ni où elles étaient. La seule chose qu'elles ressentaient était le mouvement des vagues sous elles, le mal de mer et la saveur fade du pain rassis qu'on leur donnait.

La prochaine fois qu'elle virent la lumière du jour, ce fut seulement pendant l'instant de quelques secondes avant qu'on leur mette un bandeau et qu'on les jette à l'arrière d'un véhicule, qui ressemblait étrangement à une voiture, mais avec une grosse boîte à l'arrière.

Finalement, la boîte s'ouvrit à nouveau. Elles purent voir - derrière tout, de la lumière, beaucoup de lumière, et, juste au devant, un homme dans l'ombre. Il entra, s'approcha d'elles tel un prédateur de ses proies. Une fois en dehors de leur cellule, les mains attachées derrière leur dos, le geôlier attrapa les filles par les bras et les fit marcher avec lui, en direction des lumières.

Devant une foule, qui criait des mots qu'elles ne comprenaient pas dans une langue qu'elles ne connaissaient pas. L'homme cria avec eux, les gens se distancèrent lorsqu'ils s'approchèrent - elles ne comprirent pas pourquoi on les emmenait près d'un feu.

En tout cas, Spring le comprit bien vite.


La peau de Spring flambait, une odeur putride en sortait - mais ce n'était pas ce qui l'intéressant sur le moment. Une douleur, une douleur terrible, alors que sa peau fondait de sur ses os, elle avait mal, si mal, si mal-

Le cri perçant de Summer déchira les chants hypnotiques de la foule.

La seule chose qui laissa Spring vivre fut la licorne qui entendit la plainte de la jeune fille.

C'est ainsi que la deuxième fille des Woods fut maudite. Elle et Summer partirent ensuite au Royaume-Uni avec le cheval cornu et y reprirent leur vie là-bas, traumatisées et en colère.

---

Dans un livre, elles lurent que cette célébration était appelée Walpurgisnacht, ou la nuit de Walpurgis. On y faisait normalement des feus pour repousser les sorcières.

Un jour, les vraies bêtes maléfiques seraient celles qui y seraient brûlés. Ils connaîtraient la même souffrance qu'elles avaient dû endurer, de la première seconde de leur vie jusqu'à aujourd'hui.
Pouvoir
Spring, étant désormais une chimère entre une humaine et une licorne, possède quelques attributs physiques et capacités que les humains ne possèdent normalement pas. Déjà, les choses les plus évidentes sont la longue corne dorée qui se trouve en plein milieu de son front et ses longues oreilles pointues et poilues, de la même couleur verte que ses cheveux. Ensuite, ses ailes ; au bas de son dos, elle a deux grandes ailes blanches qui lui permettent de voler. Cependant, elles sont très sensibles. C’est également un de ses points faibles, ça crée une plus grande superficie à viser sur son corps pour la faire souffrir. Finalement, un détail qui n'est pas exactement évident au premier regard, mais qui est très important est le fait que la jeune dame ne possède plus des jambes et des pieds, mais plutôt des sabots. Au fil des années, elle s'y est habituée et marche aussi bien que n'importe qui, mais cela rajoute à son caractère équin.

Maudite pour être tout comme une licorne, le sang de Spring agit comme le sang d’une de ces créatures ; il peut soigner quiconque le boit, bien que ses effets soient moins efficaces que ceux de l'original. Son contrecoup n'est pas une malédiction comme le sang des licornes, mais simplement un mauvais karma. Spring utilise également un spectre pour canaliser sa magie au lieu d’une baguette ; cela lui donne une beaucoup plus petite marge d’erreur, vu qu’elle n’est pas allée à l’école pendant ne serait-ce qu’un jour de sa vie. Son sceptre peut aussi lui servir de bâton pour les combats au corps à corps. Elle n'a pas besoin de l'agiter pour l'utiliser ; de toute façon, il est beaucoup trop gros et massif pour qu'elle puisse se permettre de légers mouvements du poignet avec cela en main. Par ailleurs, elle ne peut pas utiliser de magie qui altère son apparence pendant longtemps. Si elle essaie de cacher ses attributs de créature, ils finissent par réapparaître au bout de quelques secondes.
alias
Hey ! On m’appelle Mayux sur la toile. Je vis au Québec alors je vais toujours être debout à des heures pas possible ! 15 ans en ce moment, 16 ans la semaine prochaine. Wink Je joue à la Love Live, mes best girls c’est Nico, Hanamaru et Yohane, j’ai deux chats, j’aime le drama, je me suis beaucoup trop inspirée de thèmes de Puella Magi Madoka Magica pour ce perso et j’ai toujours pas battu la ligue dans le dernier Pokémon. Mon premier jeu Pokémon vraiment à moi ça a été Soulsilver et ma génération d’enfance c’est la 4g. Que des infos importantes ici, oui.
Voir le profil de l'utilisateur
Hedwig P. Lovecast
Neutre
avatar
Messages : 10
Date d'inscription : 14/11/2018
Lun 26 Nov - 10:44

Je suis un homme simple, j'ai vu Soraka Gardienne des Etoiles, j'ai fondu, cette image est trop belle !
A part ça bienvenue ici, j'ai bien aimé l'histoire de Spring ! C'est une bonne exploitation du contexte et des pouvoirs magiques du monde d'HP. L'idée d'une semi-licorne est très originale. Par contre, tant de suspens sur Summer et Autumn ! Et quid de Winter ?
Je suis impatient de voir la radicalité de Spring à l'oeuvre contre les Partisans, je pense que cela promet de belles scènes de bataille.
Voir le profil de l'utilisateur
Dax Miller
Neutre
avatar
Messages : 40
Date d'inscription : 14/04/2017
Jeu 29 Nov - 11:28

Tu es validé !
Encore une fois bienvenue sur Magicid ! Spring est incroyablement originale, aussi bien dans son caractère que dans ses capacités et son corps pour le moins spécial ahaha ! Franchement j'adore, c'est vraiment joliment amené et wow, c'est pour ce genre de perso qui vont chercher l'originalité que magicid a en partie été créé donc ça me comble de joie !

Oui.

Bref, je ne te retiens pas plus et je te laisse aller harceler les gens pour des rps ! (et je vais clairement venir t'harceler pour un lien avec daxou)
Tu peux maintenant aller recenser ton avatar, ouvrir tes relations, créer ton carnet et commencer à rp !
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Commande Death at Koten
» Cities of Death
» Valinor
» Mes Death Skullz
» Death Guard contre Crimson Fist de Tarkand
Sauter vers: