Hedwig P. Lovecast - Lux in tenebris

Hedwig P. Lovecast
Neutre
avatar
Messages : 10
Date d'inscription : 14/11/2018
Mer 14 Nov - 23:01

Hedwig P. Lovecast
Lovecast Hedwig Percival 33 ans (2052)  Moldu The 10th Doctor
Description


Les hommes doués intellectuellement savent qu'il n'y a pas de différence nette entre le réel et l'irréel
H. P. Lovecraft - Les Autres Dieux

Hedwig Percival a tout du cliché de l’écrivain maudit, non reconnu par une majeure partie du monde littéraire. Ses romans qui dénoncent largement la jalousie des moldus envers les sorciers n’est vraiment pas au goût des Partisans qui conchient son travail. Il en résulte un individu blasé par son époque, marqué par un drame ayant eu lieu il y a dix ans. Son écriture est traversée par un cynisme qu’il entretient au quotidien avec le peu de personnes qu’il fréquente, essentiellement son éditeur Ryan Shelley, le barman Connor Mckenzie et la serveuse Clara Oswin.

Grand et plutôt fin, Hedwig n’est pas très sociable. Non pas qu’il ne sourit jamais, au contraire, avant le drame, sa soeur disait toujours qu'il avait un sourire apaisant. Disons qu’il affiche quasiment toujours un visage neutre, voire impassible. Il préfère juger les gens longtemps avant de laisser transparaître une émotion, positive comme négative. Derrière ses lunettes rectangulaires strictes, ses yeux noisettes intenses et ses cheveux bruns souvent coiffés sérieusement lui donnent un air très professoral. En plus, il n’aime guère sortir, plus tranquille chez lui à potasser tel ou tel roman ou faire des recherches. Il a une fascination pour les univers fantastiques, virtuels ou imaginaires. Quand on apprend à le connaître, il peut s’épancher de longues heures sur ces sujets. Bien qu’il soit beaucoup redescendu sur terre lors des dix dernières années, il conserve une âme romantique et dévouée. Il cherche encore à retrouver cette fougue mais la montée en puissance des Partisans et d’autres sujets dans le monde ne le mettent que très peu en condition.

Possédant un don d'imagination très puissant, Hedwig arrive à mettre en mot des situations fantastiques et des histoires incroyables, mais ces "visions" comme il les appellent lui occultent parfois la réalité. Après de nombreuses années il a réussit à les dompter mais parfois il se laisse submerger et doit impérativement écrire. Il réside actuellement à Londres, dans un appartement assez grand du quartier de White Chapel.


Histoire


Ma première impression n'étant qu'un aspect de l'éternelle tendance humaine à détester, craindre et repousser ce qui est radicalement différent
H. P.Lovecraft – Celui qui chuchotait dans les ténèbres

Il n’existe pas de plus extraordinaire pouvoir que celui de l’imagination pour Hedwig Percival Lovecast. Vous me direz, quand on est écrivain, c’est sans aucun doute un credo. Mais pour ce jeune trentenaire, le mot pouvoir est à prendre au sens littéral. Depuis son adolescence, celui que nous appellerons Hed par facilité, reçoit des visions. Les histoires qu’il imagine, il les voit littéralement : en rêves, ou même lors de flashs en pleins jour. Ce ne sont pas des prédictions, bien sûr que non, il n’est pas voyant. Cependant il me semble qu’il s’agit de la meilleure comparaison pour que vous saisissiez l’idée chère lecteur, chère lectrice. Grâce à ce don, qu’il a eu du mal à dompter, Hedwig s’est fait une solide réputation d’écrivain fantastique, bien qu’un peu torturé.

Ne nous égarons pas et commençons par le commencement, si vous le voulez.

Né à la fin des années 2010 dans une famille londonienne des plus classiques, Hed était un enfant étrangement calme. Ses parents, tenant une librairie près du parc St James, firent rapidement de lui un lecteur dès qu’il fut en âge de déchiffrer les premières lettres. Malgré sa tendance à préférer les comics ou les mangas, il se plongea très tôt dans les œuvres classiques, passion qui le mènera vers des études littéraires à la prestigieuse université d’Oxford.

Alba

En 2025, alors qu’Hed découvrait ses premiers albums pour enfants, ses parents donnèrent naissance à une petite fille, Mary Elizabeth. Alors qu’Hed avait hérité des cheveux bruns, des yeux noisettes et du caractère posé de sa mère, Mary Elizabeth avait reçu la fougue, pour ne pas dire la folie douce, la blondeur et les yeux bleus rieurs de son père. Un autre don allait cependant émerger chez la jeune fille.

Lors de la grande révélation de 2032, Hed avait 13 ans. Sa famille prit l’annonce du Ministère avec scepticisme, notamment sa mère, bien plus cartésienne. Pourtant, quelque chose clochait dans l’environnement familial. Des objets disparaissaient mystérieusement, les horloges se mettaient à fonctionner à l’envers ou même une fois, la librairie entière fut balayée par une bourrasque inouïe surgie de nulle part. Bien évidemment, le point commun de ces événements était Mary Elizabeth, en colère ou « trop » joyeuse bien souvent. C’est ainsi qu’en juillet 2036, la vérité éclata, la magie existait bel et bien, et encore plus incroyable, la sœur cadette d’Hed était une sorcière !

Dies

Il fut expliqué la présence du gène magique à la famille. Les parents, et Hed par extension, portaient en effet cette incroyable « mutation » mais sous la forme récessive. Seule Mary Elizabeth avait le gène complet. La jeune fille partit donc découvrir Poudlard et le monde des Sorciers. De son côté, âgé de 17 ans, Hedwig avait eu fort à faire pendant son adolescence. Régulièrement, son imagination envahissante lui jouait des tours. Il reçut régulièrement des séances chez différents psychologues. De nature réservée, il fit en sorte de masquer aux autres ses « hallucinations » au fil des ans, comprenant que ces chimères n’existaient pas vraiment et que raconter à tous qu’il voyait des licornes, des fantômes ou des univers étranges n’était pas forcément une bonne idée. Il se réfugia dans l’écriture, en particulier la poésie. Il n’était pas très bon, mais cela lui permit de s’exercer à la plume.

Dire qu’Hedwig n’a jamais été jaloux de sa sœur est un mensonge. Les premiers temps furent difficiles, passée la surprise. Cependant, les deux enfants étaient très proche, Mary Elizabeth voyant en son frère un modèle et un confident. Il faut dire qu’à part ses visions Hedwig était plutôt du genre élève modèle. Au fil des années, pendant la scolarité de Mary Elizabeth à Poudlard, les deux adolescents échangèrent beaucoup de lettres et passèrent énormément de temps ensemble pendant les vacances. Hedwig se passionna pour le monde magique et les prodiges qui en venaient, partageant par procuration la scolarité de sa sœur. Tout allait bien pour cette petite famille qui menait ainsi une double vie moldue/sorcière, jusqu’à l’été 2040…

Lumen obscurum

Suite à un événement tragique de cette période, rien ne fut plus pareil. Les parents d’Hedwig renièrent totalement le monde magique, embrigadés par les Partisans. Son père, Henry Lovecast, devenu l’ombre de lui-même, décéda une poignée d’années plus tard tandis que, depuis, Hedwig n’a presque plus adressé la parole à sa mère, Rosalie.

Noctis

S’en suivirent deux années extrêmement dures, au cours desquelles Hedwig s’enfonça dans une dépression noire, assailli par des visions très néfastes données par son « don ». La seule chose qui l’empêcha d’en finir, se fut le visage de sa sœur, et les prouesses du monde magique. Il utilisa ses connaissances pour bâtir des histoires tantôt sombres et dépressives, tantôt lumineuses et pleines d’espoirs. Il réussit à terminer ses études de littérature classique et entama sa carrière d’écrivain difficilement, faisant quelques petits boulots pour finir ses fins de mois. Après un recueil de poésie plutôt médiocre, il connut un petit succès en réécrivant Romeo et Juliette avec un moldu et une sorcière dans les rôles principaux. La pièce de théâtre fit du bruit, en pleine acensions des Partisans, ceux-ci parvinrent même à faire interdire les quelques tentatives de représentations. Un peu dégoutté par ce rejet des autres et de la différence, Hedwig abandonna la partie et retourna à ses premiers amours : les romans.

Dix ans plus tard, Hedwig Percival Lovecast s’est presque remis de cette période sombre. Embrassant pleinement sa réputation de Wizard-Friendly, il s’est créé une base de fans des deux mondes. Cependant ses détracteurs sont plus nombreux, que ce soient les Sorciers le connaissant qui le considèrent comme un opportuniste moldu, ou les Partisans qui le haïssent spontanément. Cependant, sa série de romans d’enquêtes fantastiques Ce qui hante nos ténèbres fonctionne très bien. Sur le web s’est constituée une communauté, faisant malgré lui de son héros principal, le détective taciturne Jack Carnby, une icône du mouvement en faveur de la bonne entente des sorciers et moldus. Même si Hedwig n’est pas maître de l’aspect viral de ses œuvres, il reste content dans le fond de porter un message de tolérance et de remise en question, malgré l’aspect sombre de ses histoires. En 2050 il occupe ses journées entre son appartement situé dans le quartier de White Chapel, les pubs conviviaux de la ville et les librairies. Il n’a jamais eu le cœur de quitter Londres, malgré les difficiles pages de son passé, il arpente encore les rues anciennes de la ville, désabusé, comme s’il cherchait à retrouver la lumière des jours perdus...

Nova lux in tenebris

Don
Son imagination est extrêmement puissante, se manifeste par des visions apparaissant sur la réalité, parfois la brouillant totalement, sûrement dû à la présence du gène magique en lui.
JasMouse
Bien le bonjour ! Alors moi c'est JasMouse, strasbourgeois de 25 ans qu'on a traîné de force sur ce forum qui est ici avec plaisir et joie (pas taper). C'est mon premier forum RP donc indulgence s'il vous plaît ! Je suis de formation littéraire, cela vous aura peut être frappé avec des citations de Lovecraft (dont je ne suis pas spécialement fan mais faire un perso qui a des "visions" parfois sombres ça me semblait logique), du latin et UNE LONGUE histoire. Je remercie déjà Choko pour l'avatar choupinou de mon perso ! Par contre j'adore Dr Who, et la réponse utlime est 42, bien entendu. A très vite !
Voir le profil de l'utilisateur
May la Blanche
Neutre
avatar
Messages : 9
Date d'inscription : 04/11/2018
Jeu 15 Nov - 16:14

Bouh, et bienvenue par ici !

J'aime énormément ton personnage, et sa parfaite intégration dans l'univers du forum. Et puis du latin, olala, ça m'émeut. La rupture de rythme dans l'histoire sur l'épisode tragique à peine évoqué, dans son paragraphe bref et presque sec, est très bien placée (et ma curiosité me démange).

Je viendrai sans faute te faire signe pour un lien/rp avec May après ta validation, si tu es partant, il y a des possibilités sympa je pense.
Voir le profil de l'utilisateur
Hedwig P. Lovecast
Neutre
avatar
Messages : 10
Date d'inscription : 14/11/2018
Jeu 15 Nov - 19:51

Enchanté May, et surtout merci pour le message de bienvenue !
J'attends la validation du staff mais écrivain et stylo hanté, cela sonne plutôt bien.
Content que le suspens s'installe et que mon style plaise ! La suite (peut-être) dans un premier post rp.
Voir le profil de l'utilisateur
Dax Miller
Neutre
avatar
Messages : 40
Date d'inscription : 14/04/2017
Ven 16 Nov - 8:31

Tu es validé !
Et bah ... pour une première fois sur les forums rps, tu te débrouilles mieux que bien si ça peut te rassurer. J'aime beaucoup ta plume et j'ai hâte d'en savoir plus sur ce perso tout doux ... Si tu as la moindre question n'hésite surtout pas ;D
Tu peux maintenant aller recenser ton avatar, ouvrir tes relations, créer ton carnet et commencer à rp !
Voir le profil de l'utilisateur
Hedwig P. Lovecast
Neutre
avatar
Messages : 10
Date d'inscription : 14/11/2018
Lun 19 Nov - 12:17

Un grand merci également pour la validation M. le directeur Miller, je m'en vais faire les petites tâches d'arrivée !
C'est une validation élogieuse, je vais essayer de garder le niveau pour le RP a proprement parler. Merci pour le compliment sur ma plume du coup ^_^
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Morsmordre Tenebris
» ϟ ex tenebris lux ϟ groupe 2
» Ex Tenebris Lux ϟ La fin ϟ Sujet des Mangemorts
» Ex Tenebris Lux ϟ La fin ϟ Sujet des Phénix + Nouvelle Inquisition
Sauter vers: